Backcontrol
 Solution Internet  
 Catalogue en ligne  
 Gestion de contenu  
 E-commerce  
 Référencement  
 Marketing  
 Références  
Actualité E-commerce ->
Google
presse
Démonstration en ligne
Recherche Newsletter BackControl
Nous envoyer un mail
Nous contacter
Liens utiles
Clients en ligne
• BMW moto
• Decoloopio
• logiciels
• Eurocri
• Etc...
Bientôt en ligne
• Téléphones-IP
• idees-cadeaux-online
ecm
Actualités e-commerce internet
11/03/2008
E-commerce en progression de 35% en 2007
La Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad) a publié son bilan 2007 : les e-commerçants ont généré un chiffre d'affaires de 16 milliards d'euros, en progression de 35 % par rapport à l'année dernière.
Ce bilan est réalisé à partir du panel ICE de la Fevad, qui recense 32 des principaux sites d'e-commerce en France (*), et des données fournies par les plates-formes de paiement telles Atos Origin, la Caisse nationale des Caisses d'épargne ou encore Paypal.

Elles ne prennent pas en compte les services financiers, contrairement au chiffre publié par l'Acsel (Association pour le commerce et les services en ligne), il y a dix jours, qui met en avant un revenu 2007 de 20 milliards d'euros.
Le dynamisme du secteur se traduit en particulier par la création de nombreux sites marchands : la Fevad recense près de 37 000 sites actifs, en augmentation de 54 % par rapport à 2006.

Résultat : le chiffre d'affaires annuel du e-commerce français a été multiplié par deux depuis à 2005, et par quatre depuis 2003. Et selon les prévisions de Marc Lolivier, le délégué général de la Fevad, cette tendance ne va pas fléchir : « Le montant devrait à nouveau doubler dans les deux prochaines années, pour atteindre près de 31,4 milliards d'euros en 2010, à la faveur de la diversification de l'offre, d'un taux d'équipement en haut débit en progression, et d'une confiance en l'e-commerce croissante. »

Cette croissance continue masque pourtant d'importants changements. Pour continuer de croître, les commerçants en ligne doivent convaincre leurs clients de revenir et de dépenser plus, et aller chercher les nouveaux internautes qu'ils ne peuvent plus se contenter d'attendre. Pour cela, rien ne vaut les livraisons sans accroc et des taux de satisfactions au sommet. Mais le e-commerce doit aussi se diversifier, multiplier les offres et les opportunités de faire dépenser plus les internautes. Dernièrement, plusieurs tendances se sont ainsi dégagées.

Les services supplémentaires

C'est un des faits marquants de l'année 2007, selon le PDG d'Alapage. Longtemps réticents, « les internautes n'hésitent plus à souscrire des services supplémentaires comme des livraisons rapides », explique Christophe Lasserre. La plupart des cyber-marchands se font d'ailleurs très insistants et ajoutent des options à décocher par la suite. RueDuCommerce, par exemple, souscrit par défaut une assurance contre le vol et une extension de garantie, à 29,90 euros chacune, lors de l'achat d'un simple GPS TomTom.

Les sites mobiles

Le e-commerce, c'est partout, tout le temps. Après quelques discrètes tentatives, les vendeurs investissent massivement ce nouveau terrain, encouragés par l'arrivée des forfaits de navigation illimitée. Premier site français en terme de chiffre d'affaires, Voyages-SNCF, vient de rejoindre les pionniers comme la Fnac et Alapage, qui réalise 3% de son chiffre d'affaires par ce mode. « C'est un véritable phénomène », se félicite Christophe Léon, directeur marketing du voyagiste alors que 10.000 internautes utilisent aujourd'hui le site mobile. D'autres e-commerçants suivront rapidement. La Redoute et les 3 Suisses préparent ainsi leur boutique.

Le luxe... pour tous

C'est une des autres grandes tendances de 2007. Plusieurs grands noms du luxe se sont ainsi lancés cette année, comme le joaillier Boucheron. Et « ils se développent extrêmement rapidement », confirme Marc Lolivier, vice-président de la Fevad. Le site internet de Gucci aurait ainsi un chiffre d'affaires qui le placera au deuxième rang des boutiques. « Leur clientèle est sur internet et achète déjà sur internet », ajoute Marc Lolivier. Plus intéressant encore, ces grandes marques touchent aussi des clients qui n'oseraient pas entrer dans les boutiques en temps normal.

Les jeux et les jouets

Produit vedette pour les cadeaux de Noël chez les cyber-marchands ? Les consoles de jeu. « Les jeux, les logiciels et les consoles ont cartonné. Nous avons vendu énormément de Wii, de DS et de PSP », détaille Christophe Lasserre de Alapage. Des achats souvent complétés, et c'est plus marqué qu'auparavant, par toute une panoplie d'accessoires, judicieusement mis en évidence. Quatrième place produits les plus achetés en ligne, derrière les immuables CD, DVD et livres, les jeux vidéo sont néanmoins dépassés par l'autre succès du moment, le jouet. Le site Eveil et Jeux de la Fnac a ainsi fait une entrée remarquée en treizième place des sites les plus visités, selon Médiamétrie.

Et toujours

Les sites de vente-privée et d'habillement

Ils font partie du paysage. Au quatrième trimestre, Vente-privée.com s'est hissé à la neuvième place des sites de e-commerce en terme de visite, avec 3,8 millions d'internautes. S'appuyant sur des relances par courriel et un destockage permanent, leur modèle est redoutablement efficace.

Les achats entre particuliers

eBay est le site d'e-commerce le plus visité de France et ce n'est pas un hasard. Plusieurs dizaines de milliers d'internautes vivraient grâce à ces sites de C2C dont ils ont fait une activité professionnelle. Cela donne des idées à des acteurs plus conventionnels, comme RueDuCommerce qui a lancé son service de petites annonces il y a un un an. Désormais, on surfe sur les sites de e-commerce pour acheter et pour revendre, comme en témoigne la vague de revente de cadeaux « ratés » après Noël.

Internet a représenté 53 % de la croissance du marché publicitaire  


Retour   Haut